"Le tableau mystère"

En bref

Réalisation des élèves de l'atelier, projet : "le tableau mystère"

tableau composé de 80 morceaux
Dimension : 333,6cm × 179 cm  

A l'occasion de la fête de fin d'année 2012, les élèves de l'atelier ont reproduit 1/70ème d'un "tableau mystère".



Ils ont découvert lors du vernissage quelle était cette oeuvre... 
« Atelier d’Abel Pujol » d’Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy


Date : 1836 - Technique/Matière : huile sur toile - Hauteur : 0.950 m - Longueur : 1.350 m. - Localisation : Valenciennes, musée des Beaux-Arts - Acquisition : Legs, 1869


Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy  est une femme peintre né à Tonnerre  en 1798 , décédée à Paris  en 1869 , épouse du peintre Alexandre Denis Abel de Pujol .

Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy comme beaucoup d’artiste femme a très peu été retenue par l’histoire de l’art. On ne parle des femmes peintres bien souvent qu’en post scriptum, à la fin d’un article dédié à un artiste masculin. C’est le cas de Mademoiselle Grandpierre. On ne peut se renseigner sur cette artiste qu’à travers les ouvrages consacrés à Abel Pujol, un célèbre peintre d’histoire*, originaire de Valenciennes.
Mademoiselle Grandpierre a été l’élève d’Abel Pujol. Longtemps amis, les deux peintres se marient en 1856 malgré ses 58 ans et les 71 ans d’Abel Pujol.
Le tableau qui nous intéresse ici marque les débuts de Mademoiselle Grandpierre, puisqu’il est sa première œuvre à avoir fait Salon, en 1836. « Atelier d’Abel Pujol » était alors exposé sous le nom d’ « Intérieur d’un atelier de peinture ». Le tableau représente Abel Pujol à demi caché par son œuvre, en cours de réalisation, face à une femme prenant la pose. Les deux individus sont au centre d’une pièce qui nous propose tous les attributs du peintre au 19ème siècle. Dans l’arrière plan, une mosaïque des œuvres d’Abel Pujol miniaturisées. On reconnaît, au centre, le tableau de « l’Apothéose de Saint Roc ».

A droite, une statue, des bustes et des armes de l’Antiquité, pour s’en servir comme modèle.
Au plafond, une grande vitre laissant percer une lumière pure, que l’on peut réguler à l’aide d’un grand rideau rouge suspendu à une corde traversant la pièce.
Au premier plan à gauche, un personnage qui semble être l’assistant du peintre, alimentant la pièce en chauffage.
Enfin, en bas à droite du tableau, un porte-document sur lequel est inscrit, en signature, « Mademoiselle Grandpierre, 1836 ».  

*la peinture d'histoire consistait en de grandes toiles représentant des sujets nobles puisés dans des sources bibliques, mythologiques ou historiques. Mais les artistes produisirent également des peintures d'histoire sur les événements contemporains d'importance nationale.
Les peintres d'histoire représentent leurs personnages dans des poses théâtrales, le plus souvent observées d'après nature.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles en France, la peinture d'histoire était considérée comme la forme artistique la plus ambitieuse et la plus accomplie.

 

 

Le gribouillard sur Instagram